CORONAVIRUS: R&D demande à la Commission européenne de façonner l’Union européenne de demain…

Bruxelles, le 6 mai 2020

PANDÉMIE DE CORONAVIRUS

R&D demande à la Commission européenne de façonner l’Union européenne de demain et ne pas abandonner (encore une fois) des millions de citoyens

Madame la Présidente von der Leyen,

Dans ses communications précédentes publiées après la réunion de l’Eurogroupe et avant le Conseil européen sur la pandémie de COVID-19, R&D Fédéral, le plus grand syndicat représentant le personnel des institutions de l’UE, des agences exécutives et décentralisées et d’autres organes de l’UE, vous a demandé, ainsi qu’au collège, d’exercer  un rôle central dans la lutte efficace contre la pandémie de COVID-19 au niveau de l’UE.

Nous tenons à nouveau à remercier sincèrement les centaines de collègues qui nous montrent constamment leur soutien et nous encouragent à agir comme de véritables vigiles sur la manière dont cette crise est gérée.

Le 23 avril 2020, le Conseil européen a publié une déclaration plutôt synthétique et, à notre avis, quelque peu décevante sur certains des instruments permettant d’affronter la dépression économique.

Parmi les instruments mentionnés ci-dessus, on trouve un package d’une valeur de 540 milliards €, constitué d’une part d’un instrument dénommé « SURE », qui est un mécanisme européen de stabilité à «faible conditionnalité» pour moderniser les secteurs de la santé et d’autre part d’un rôle plus actif de la Banque européenne d’Investissement: l’accord sur ces instruments n’a pas été une surprise puisqu’ils ils étaient moins litigieux.

Ces mesures sont les bienvenues mais, comme nous l’avons déjà indiqué précédemment, elles ne sont pas suffisantes.

Le Conseil européen (et probablement de manière plus significative) vous a confié à vous et au Collège la lourde tâche de présenter une proposition révisée sur le prochain cadre financier pluriannuel (CFP) ainsi que sur les modalités de financement du Fonds européen de relance.

Le prochain CFP devrait être le «vaisseau amiral » du plan de relance.

Le prochain CFP jouera un rôle central dans la reprise économique. Il devra refléter l’impact de cette crise et l’ampleur des défis à relever.

Nous saluons l’intention de la Commission d’adapter sa proposition de CFP afin de refléter la nouvelle donne et ses conséquences. Comme vous l’avez mentionné à juste titre, le CFP sur sept ans devrait être le «vaisseau amiral» de ce plan de relance et offrir la perspective de milliards d’euros d’investissement pour financer un reprise post-pandémique.

En fait, alors que tous les pays de l’UE connaissent une baisse à deux chiffres de leur PIB respectif, il est facile de comprendre qu’il y a un long chemin à parcourir.

La taille compte… après tout!

Concernant l’ampleur du stimulus nécessaire, comme vous l’avez souligné à juste titre «nous ne parlons pas de milliards, nous parlons de milliers de milliards».

Que cela nous plaise ou non, la pandémie de COVID-19 ne connaît certainement pas de frontières, est indifférente aux nationalités et a touché tous les États membres même si certains plus que d’autres.

La pandémie a souligné la nécessité à la fois de renforcer le processus d’intégration à l’UE et d’utiliser l’intelligence collective

C’est cette même intelligence collective que vous et le Collège avez démontrée en coordonnant la réponse mondiale au coronavirus afin de recueillir des fonds importants pour assurer le développement collaboratif et l’utilisation universelle de diagnostics, de traitements et de vaccins contre le coronavirus (ce que R&D avait demandé au tout début de la pandémie).

En prenant le leadership mondial en levant plus de 7,5 milliards d’euros, vous avez montré que – après tout – la coordination internationale, les engagements financiers substantiels et le montant importent finalement.

Partout en Europe, les mesures de confinement sont progressivement assouplies. Les uns après les autres, les États membres entrent lentement dans la phase 2 ainsi nommée de la crise.

Pas si lentement cependant : de plus en plus de citoyens sont confrontés au véritable coût de cette urgence sanitaire sans précédent.

Pour n’en nommer que quelques-uns: des proches décédés, des millions de chômeurs, des élèves de familles à faible revenu qui souffriront le plus de la fermeture des écoles, des diplômés récents sans revenu qui risquent de perdre une décennie en termes d’opportunités de carrière, une forte augmentation de la violence domestique et les femmes qui, dans de nombreux États membres, avaient les emplois les plus précaires ou travaillaient dans les secteurs les plus touchés.

Plus que jamais, nous devons donc veiller à ce que personne ne soit laissé pour compte et que l’Union européenne atteigne ses ambitions.

Plus que jamais, nous devons veiller à ce que les citoyens de toute l’Union ne soient pas déçus par manque d’ambition ou par crainte que la proposition de la Commission ne soit, à un moment donné, édulcorée par le Conseil européen, comme cela est arrivé si souvent par le passé.

R&D s’attend donc à ce que vous, en tant que Présidente, et le Collège, soyez conséquents dans vos propositions pour le CFP et le fonds de relance.

C’est pourquoi R&D, en appelant à une véritable solidarité européenne,

  • vous invite, vous et le Collège, à présenter, comme l’a rapporté la presse, une proposition du CFP qui portera le plafond des «ressources propres» de l’UE de 1,2% du revenu national brut (RNB) à environ 2% ;
  • vous invite, vous et le Collège, à veiller à ce que le programme du Fonds de relance contienne un mélange de subventions et de prêts ainsi que des outils sans précédent et innovants pour garantir qu’aucune approche du style « faire du neuf avec du vieux » ne soit suivie ;
  • vous invite, vous et le Collège, à agir en gardant à l’esprit que les propositions que vous présenterez au Parlement européen et au Conseil européen façonneront l’Union européenne de nos enfants et petits-enfants.

Au nom de R&D Fédéral

Cristiano Sebastiani, Commission R&D, agences exécutives et décentralisées, autres organes de l’UE

Beatrice Postiglione, Conseil R&D

Pasquale Ciuffreda, R&D Parlement européen

Oren Wolff, R&D EEAS

Dimitrios Katsanidis, CdR R&D et CESE

CC:

D. Sassoli, Président du Parlement européen

C. Michel, Président du Conseil européen

Collège des Commissaires

Le Personnel des Institutions

Comments are closed.