POST 2004

R&D est depuis toujours à l’écoute des collègues Post 2004. Il est impossible de nier les effets néfastes de la réforme Kinnock pour les collègues engagés après 2004.

Il n’est plus temps de se livrer à des analyses savantes, à des règlements de comptes pour diviser le personnel, à des demandes de rapports techniques, à des propositions fantaisistes telles que le « reclassement sur base des CVs », à des approches naïves et irresponsables telles que l’organisation de concours internes sans épreuves véritablement anonymes qui profiteraient uniquement au personnel des cabinets pour se faire titulariser encore plus aisément…

Il est temps de prendre la responsabilité de présenter des propositions équitables, réalistes, précises et opérationnelles.

Pour R&D le retard de carrière imposé aux collègues post 2004 ne peut pas être récupéré uniquement par le biais de l’exercice de promotion et par le nombre limité de cascades permises vers les grades inférieurs.

R&D demande:

  • La mise en place d’une véritable politique de concours internes avec une planification pluriannuelle prévoyant des épreuves anonymes garantissant l’égalité de traitement des candidats.

Ces concours internes ouverts tant aux collègues AD qu’AST, AST/SC et AC sont la seule réponse crédible et structurelle aux attentes plus que légitimes des collègues post 2004 et post 2014. 

Néanmoins, il est essentiel que ces procédures soient organisées avec la plus grande rigueur et avec des épreuves véritablement anonymes garantissant la plus grande transparence de sélection et l’égalité de traitement parmi les candidats.

A cet égard, R&D s’oppose avec la plus grande détermination à ce qu’à l’instar de la Commission Barroso, la Commission Juncker instrumentalise à son tour les attentes de ces collègues et des collègues AC pour organiser des « concours internes » au seul profit des membres de cabinets.