Pourquoi un tel acharnement sur la procédure de certification ?

La procédure de certification est (selon la DG HR) « un véritable outil de développement de carrière. Il est primordial pour l’institution de valoriser les ressources dont elle dispose« . R&D ne peut qu’être d’accord: nous avons à la Commission des centaines de collègues AST qui réalisent des tâches AD, reconnues dans leur rapport d’évaluation, à la grande satisfaction de leur hiérarchie. Ces compétences ne doivent pas rester inemployées, mais ne doivent pas non plus servir à compenser la réduction des effectifs d’administrateurs en n’offrant aucune perspective de carrière. Ensemble avec toutes les autres OSP dans le cadre du Front Commun, R&D s’était par ailleurs opposé aux dispositions introduites dans le nouveau statut ne permettant plus aux AST4 de voir leurs tâches AD reconnues dans leur rapport d’évaluation: cela retarde la possibilité de candidater à la certification de 2 ou 3 ans.

Dans ce contexte, il est donc encore plus inacceptable que la DG HR introduise de nouvelles restrictions supplémentaires pénalisant indument les collègues.   

En effet, alors qu’on pourrait penser que la Commission cherche à valoriser ces compétences, à motiver ces collègues, l’exercice de certification en cours a montré que, dans la pratique, c’est exactement l’inverse qui se produit ! La DG HR, à chaque étape de la procédure, a mis tout en œuvre pour décourager les collègues qui souhaitent devenir administrateurs:

l’appel à candidatures: l’information administrative d’appel à candidatures avait à l’origine un délai d’introduction des actes de candidatures fixé au 31 Octobre 2014. Cette date excluait de facto tous les collègues promus AST5 dans l’année. R&D s’était élevé contre cette décision (lien) et avait demandé à ce que le délai soit prolongé. La DG HR avait (avec regret ?) accepté.

les conditions d’éligibilité: la DG HR a considéré que les rapports d’évaluation des AST4 qui contenaient une évaluation des tâches AD pour l’année 2013 étaient irrecevables, avec pour effet de rendre ces collègues (depuis lors AST5) inéligibles ! Pour rappel, c’est cette même DG HR qui a laissé la possibilité aux évaluateurs en janvier 2014 de remplir la partie certification des collègues concernés… R&D s’est opposé à cette décision (lien) mais la DG HR est restée inflexible !

De plus, et pour renforcer le processus d’exclusion des candidats, la DG HR a inventé une « nouvelle » condition d’éligibilité pour les collègues ayant récemment rejoint la Commission: alors que ces collègues ont bien deux évaluations positives de leur tâches AD dans Sysper2, il leur est demandé d’envoyer un email à une boite fonctionnelle pour le signaler. Est-ce que cette « email-condition d’éligibilité » se trouve dans les DGE ? Pas vraiment: cette demande, écrite en petits caractères, se trouve en nota bene d’une figure des lignes directrices de l’exercice. Vous n’avez pas envoyé cet email ? Vous êtes alors inéligible ! R&D vous laisse le soin d’évaluer la valeur juridique de cette nouvelle condition ….

la sélection des candidats de la DG HR: la DG HR devait, comme toutes les DGs, sélectionner des candidats à envoyer à l’étape d’audition par le panel de certification parmi les collègues AST de la DG HR ayant soumis leur acte de candidature. La liste des 102 candidats retenus par les Directions générales (lien) ne comporte aucun collègue de la DG HR. R&D a du mal à croire que la DG HR, avec plus de 250 AST, soit la seule DG de la Commission qui n’ait aucun AST qui puisse devenir administrateur! Les raisons de ce refus d’envoyer des collègues devant le panel de certification doivent être expliquées.

la phase d’appels: la panoplie des « mesures pour décourager les futures candidatures » a été parachevée avec les résultats de la phase d’appel: 102 candidats retenus par les DGs, 102 candidats retenus après l’étude des appels (lien). Le calcul est simple: aucun appel n’a été considéré comme recevable par le Comité Paritaire de Certification. Est-ce que les critères d’étude de ces appels ont bien été respectés ? Qu’est ce qui a conduit les membres nommés par l’administration dans ce comité à refuser tous ces appels ? R&D demande à ce que la DG HR et la présidence du Comité vienne s’en expliquer devant le Comité Central du Personnel.

la liste finale des candidats retenus pour participer à la formation: la Commission a la possibilité d’envoyer 50 collègues AST à suivre la formation. R&D est prêt à parier que cette liste, non établie à ce jour, comportera moins de 50 noms: la DG HR aura ainsi démontré que, alors que plus de 500 collègues ont introduit leur candidature, la Commission n’a même pas 50 collègues qui méritent de devenir administrateurs ….

En conclusion, R&D demande à ce que la procédure de certification soit considérée comme un réel outil de développement de carrière, accessible aux collègues méritants qui en font la demande, et que tout ne soit pas mis en œuvre pour décourager les candidatures: la sélection, déja impitoyable, a continué avec les examens de certification dont le taux de réussite n’a même pas atteint 50% cette année! R&D demande également à ce que la procédure et les DGEs soient respectées dans l’esprit et dans la lettre.

R&D propose encore son assistance et une consultation gratuite avec son avocat à tous les collègues qui estiment avoir été injustement traités lors de cet exercice.

Comments are closed.